Share Button

L’incontinence Anale (IA) est une pathologie multifactorielle, dont les causes sont diverses (traumatismes, maladies neurologiques voire plus rarement génétiques). Cependant seules les IA par déficit sphinctérien peuvent être traitées par thérapie cellulaire avec des cellules musculaires autologues. Les lésions sphinctériennes les plus fréquentes sont les lésions obstétricales (forceps, épisiotomie), ainsi que les lésions liées à la chirurgie ano-rectale en cas de fissure anale, d’hémorroïdes et autres maladies.

L’IA, très invalidante pour le patient, pose de véritables problèmes sociétaux et médico-économiques; c’est un réel enjeu de Santé Publique. Elle toucherait 2% de la population française soit environ 1,2 millions de personnes, dont plus du tiers des patients sont atteints de lésions sphinctériennes. La population Européenne atteinte d’IA par insuffisance sphinctérienne représenterait environ 2,1 millions de personnes, dont 10% de formes sévères.

Les traitements actuels de l’IA sont en première intention les médicaments ou la rééducation (biofeedback); en seconde ligne les traitements interventionnels (sphinctéroplastie, graciloplastie, neurostimulation) et en dernier recours la mise en place d’un sphincter artificiel. Leur efficacité au long cours est toutefois limitée. In fine, ces traitements sont peu satisfaisants, laissant le clinicien démuni devant les demandes insistantes des patient(e)s.

Le médicament de thérapie cellulaire « CEL-02 » développé par Celogos conditionne des cellules musculaires autologues (du patient lui-même), qui seront injectées directement dans le muscle lésé afin de traiter l’IA par déficit sphinctérien. Il sera positionné comme traitement de seconde intention, préconisé avant toute chirurgie invasive.

Commentaires