Share Button

Le rapport du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’OMS qui vient d’être publié montre que le cancer continue à augmenter. Le cancer du sein par exemple a progressé de 20 % depuis 2008 principalement dans les pays en voie de développement et reste aujourd’hui encore la cause la plus fréquente de décès par cancer chez la femme.

Selon le rapport du CIRC, 8 % de cas de cancer en plus dans le monde ont été comptabilisés depuis 2011 (12,7 millions de nouveaux cas en 2008 contre 14,1 millions en 2012) une tendance à la hausse qui devrait continuer sa progression pour atteindre selon les projections 19,3 millions de cas au l’aube de 2025.

De la même façon, du fait de l’augmentation de la population mondiale et du vieillissement, la mortalité augmente également. Il y a eu 7,6 millions de décès en 2008, contre 8,2 millions en 2012. Les cancers les plus meurtriers sont les cancers du poumon (19,4 %), du foie (9,1 %) et de l’estomac (8,8 %).

L’augmentation du cancer et surtout la mortalité liée à cette maladie varient beaucoup en fonction des pays, mettant en évidence les inégalités importantes existant entre les pays riches et les pays pauvres. Si plus de la moitié de l’ensemble des cancers (56,8 %) et des décès (64,9 %) sont enregistrés dans les régions les moins développées, la mortalité liée aux cancers est proportionnellement beaucoup plus importante dans les pays à faible revenu. Dans ces derniers, en effet, en raison d’un manque de détection précoce et d’accès aux traitements, la mortalité est beaucoup plus forte.

Outre une approche globale de la maladie, le rapport du CIRC s’est également intéressé à la répartition de 28 types de cancers différents dans 184 pays. 13 % de personnes souffriraient de cancer du poumon, 11,9 % du cancer du sein, et 9,7 % de cancers colorectaux.

Parmi les cancers particulièrement meurtriers en Afrique subsaharienne, on trouve les cancers du col de l’utérus et les cancers du sein.

Sur 34,8 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus pour 100 000 femmes détectés chaque année, elles sont 22,5 femmes pour 100 000 qui décèdent de la maladie en Afrique subsaharienne, alors qu’en Amérique du Nord, elles ne sont que 2,5 sur 6,6 pour 100 000 cas à en décéder.

De la même façon, le nombre de femmes vivant avec un cancer du sein, qui touche aujourd’hui 6,3 millions de femmes dans le monde a augmenté (+ 20 %) par rapport à 2008 et montre une progression particulièrement forte dans les pays en voie de développement.

En raison en effet de l’augmentation de cette maladie dans les pays en voie de développement, mais aussi de l’impossibilité de les détecter et de les soigner grâce aux traitements les plus efficaces et récents, ces cancers font beaucoup de morts.

Principale cause de mortalité dans les pays les moins développés, la hausse du cancer du sein et des décès dans ces régions tirent leur origine de l’évolution des modes de vie, qui tendent de plus en plus vers ceux des pays riches, mais aussi au manque d’accès aux progrès cliniques réalisés ces dernières années et de dépistage.

De façon générale, les professionnels évoquent aussi, pour expliquer l’envolée du nombre de cas de cancers dans les pays en voie de développement par les changements sociétaux et économiques qui accroissent les risques génétiques, alimentaires et hormonaux.

Les solutions pour lutter contre le cancer du sein passe, selon le Dr Christopher Wild, directeur du CIRC, par le développement d’approches « efficaces et abordables » pour permettre une détection la plus précoce possible, la possibilité de diagnostic et de traitement de ce cancer.

Il est également nécessaire de permettre aux femmes africaines de bénéficier des progrès réalisés dans les régions les plus développées afin de faire baisser et la morbidité et la mortalité liées au cancer du col utérin.

Là aussi, c’est l’accès au vaccin, au diagnostic précoce et au traitement qui pourrait permettre d’éviter un certain nombre de décès.

Le cancer du sein a augmenté de 20 % depuis 2008 dans le monde

Commentaires