Share Button

Jean-Marc Ayrault vient de dévoiler à Grenoble ce vendredi, la nouvelle stratégie nationale de santé. Un des grands axes du plan qu’il souhaite mettre en oeuvre avec son gouvernement est le développement de la « médecine de proximité », ce qui suppose, selon lui,  à revoir les mode des financement pour encourager au travail collectif.

Accompagné de Marisol Touraine et de Geneviève Fioraso, ministre de la recherche, Jean-Marc Ayrault a proposé au cours de son déplacement à Grenoble de penser la prise en charge du malade plutôt en terme de parcours que comme une succession d’actes isolés. Ceci suppose, selon lui, la coopération des professionnels et l’implication des patients.Il propose ainsi de réformer le parcours de soins mis en place en 2004 et affirme :

« Il faut créer une médecine de parcours, qui repose sur la coopération des professionnels.  »

A titre d’exemple, il explique que la prise en charge après une hospitalisation devrait se faire sans interruption après une hospitalisation, ce qui pour le moment n’est pas le cas puisque ce sont souvent les patients qui sont obligés de se débrouiller pour trouver les interventions dont ils ont besoin (service d’aide à domicile, prise en charge médico-sociale).

Jean-Marc Ayrault a rappelé que la future réforme, dont il n’a brossé que les grandes lignes à Grenoble devrait permettre d’améliorer l’état de santé de la population en permettant un égal accès de tous aux soins. Des progrès sont possibles, affirme encore le premier Ministre, principalement en aidant les patients pour éviter les « soins inutiles ou inadéquats » ou encore les « médicaments prescrits ou consommés à mauvais escient ».

Principaux axes de la réforme de la santé

Jean-Marc Ayrault vient de dévoiler à Grenoble les grandes lignes de la nouvelle stratégie de santé. Parmi les grands axes, on peut citer l’importance de la médecine de proximité, la lutte contre les déserts médicaux, la médecine de parcours qui repose sur la coopération des professionnels. Un comité de sages, présidé par Alain Cordier, devra déterminer, d’ici le mois prochain, les principaux axes de la réforme.

Afin de mettre en place l’ensemble de la réforme, le premier Ministre a demandé à un comité de sages, présidé par Alain Cordier, de déterminer, d’ici le mois prochain, les principaux axes de la réforme.

Le gouvernement propose, dans l’avenir de développer l’e-santé et la télémédecine, la recherche dans le domaine médical. Il souhaite également s’attaquer au dossier de la prévention et de la prise en charge de la santé mentale. Certains thèmes comme la réorganisation de la pharmacovigilance et des agences sanitaires et de caisses en lien avec le Ministère de la Santé seront abordés ultérieurement.

Une interrogation à laquelle le premier Ministre n’a pas répondu est la question de la liberté d’installation des médecins. Suivra-t-il le Sénat qui propose de dérembourser les actes des médecins qui s’installeraient sur des régions déjà surdotées ou choisira-t-il  les mesures incitatives proposées par Marisol Touraine qui viseraient à soutenir les jeunes médecins qui accepteraient d’aller travailler dans les déserts médicaux ? Soutiendra-t-il sa Ministre de la Santé qui a proposé de «généraliser le mode de financement des équipes ?(plutôt que les actes).

Commentaires