Share Button

Une jeune Africaine doit subir une intervention chirurgicale visant à réduire son vagin pour qu’elle puisse bien ressentir son homme lors des relations sexuelles. Cette intervention consiste à un rapprochement musculaire des berges vulvaires déhiscentes, le but étant la réalisation d’un renforcement musculaire et d’un rétrécissement de l’orifice vaginal à l’origine.

Le site Afriqueactu.net publie un article édifiant sur la chirurgie intitulé intitulé “Mon mari flotte“. Le site aborde la délicate question de l’excision dont les conséquences sont fâcheuses pour les femmes qui en sont victimes. Heureusement que les progrès actuels de la médecine permettent aux spécialistes de procéder à une réparation des séquelles des mutilations génitales féminines (MGF) et d’autres problèmes tels que la béance vulvaire. L’intervention permet aux victimes de retrouver la plénitude de leurs organes génitaux.

Parmi les témoignages proposés sur Afrique Actu figure celui de Mme Z.A., une femme mariée et mère de trois enfants au Burkina Faso. “Elle souffre d’une béance vulvaire” et on lui a proposée de recourir à la chirurgie. “Je me sens large lors des rapports sexuels et je sais que mon époux flotte”, déclare-t-elle. “Mon état m’indispose”, reconnaît-elle avant de préciser qu’elle a compris en suivant l’émission « En toute intimité » de Canal 3 qu’une chirurgie l’aiderait à résoudre son problème. “Je me suis donc présentée au CMA du secteur 30 et je dois être opérée”, déclare-t-elle.

La béance vulvaire est le plus souvent secondaire à un accouchement et parfois à une excision. Il s’agit d’un déficit de tonicité des muscles périnéaux qui provoque un relâchement de la fourchette vulvaire ainsi qu’une augmentation de la capacité vaginale. Une intervention chirurgicale peut être réalisée afin de réduire le vagin de la femme pour qu’elle puisse bien ressentir son homme lors des relations sexuelles.

Commentaires