Crédit in fine : La bonne solution pour investir ?

Crédit non amortissable, le crédit in fine peut être intéressant dans certaines situations. Afin de savoir si c’est la meilleure solution de financement en ce qui concerne votre projet, découvrez tout ce qu’il faut savoir sur le crédit in fine.

Dans quelle situation avoir recours au crédit in fine ?

La principale différence entre le crédit in fine et le crédit amortissable classique est la méthode de calcul du capital et des intérêts à rembourser. Avec un crédit non amortissable, vous ne payez que les intérêts durant la durée du crédit et aucun capital. L’intégralité du capital emprunté ne sera à rembourser qu’en fin de prêt à la Banque.

Le crédit in fine est donc un prêt performant surtout lorsque l’emprunteur présente un bon dossier qui permet d’avoir accès à d’excellent taux. Bien négocier ce taux de crédit est essentiel puisqu’il vous permettra de stabiliser le prélèvement mensuel sur votre budget.

Étant donné qu’il présente un risque à la fin du crédit, son utilisation reste délicate. Comme il faut en effet garantir le remboursement in fine, ce type de prêt est surtout conseillé à ceux qui ont un « reste à vivre » plus que confortable ou les jeunes actifs en phase de décollage professionnel et qui vont voire croître rapidement leurs salaires.

Il est également possible d’envisager de vendre le bien pour restituer l’intégralité du montant en fin de crédit. Dans ce cas, il est conseillé de choisir avec soin l’emplacement et la nature du bien afin que sa valeur ne fluctue pas trop au fil des ans. Le principal risque dans ce cas de figure est de voir une baisse des prix de la pierre.

Des économies d’impôts et une bonne assurance emprunteur

Le prêt in fine peut donc être très avantageux pour les investisseurs fortement endettés ou ceux qui sont fortement imposés. Il peut être recommandé aux particuliers à très forts revenus suite à un investissement locatif. En effet, quand le taux d’imposition est situé entre 30% et 41%, on peut déduire le montant des intérêts des revenus fonciers à déclarer. En outre, en cas de revente du bien à la fin du crédit, pensez à intégrer le coût fiscal des plus-values dans votre montage financier, car au-delà d’un certain temps, celles-ci ne sont plus exonérées.

Certains éléments du crédit in fine sont également intéressants quand on les utilise. C’est notamment le cas de l’assurance décès invalidité qui offre une véritable protection aux héritiers du souscripteur du prêt. En optant pour le prêt in fine, c’est l’assurance qui remboursera l’intégralité du capital emprunté en cas de décès de l’emprunteur.

La Rédaction
La Rédaction

La rédaction de TopActu.fr Actus, dossiers, critiques et analyses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *