Face au harcèlement, comment se défendre ?

Le harcèlement, notamment sexuel, est au cœur de toutes les discussions de puis les révélations sur l’affaire Weinstein. Nombreux sont ceux à en être victimes, voici les sanctions qui existent, et les façons de les faire appliquer.

Identifier les cas de harcèlement et agir

En France, il existe bien une loi pour protéger les victimes de harcèlement sexuel. Pourtant, on a parfois l’impression que son application ne se fait pas. Engager des démarches demande du courage, mais des résultats peuvent vraiment être obtenus.

La première chose à faire est d’identifier la situation de façon à savoir s’il s’agit bien de harcèlement sexuel. Dans la loi du 6 août 2012, le caractère de harcèlement sexuel est défini par le « fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui, soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante. » Il peut également s’agir de certains comportements comme « le fait d’user de toute forme de pression grave dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte de nature sexuelle, au profit de l’auteur des faits ou d’un tiers. » Ces actes constituent des délits pouvant être punissables de 2 ans d’emprisonnement et 30 000 € d’amende.

Pour pouvoir condamner les agresseurs, il faut obligatoirement engager des poursuites, et donc porter plainte. Une démarche encore difficile à effectuer pour certaines victimes. Rendre publiques certaines situations demande du courage, et des associations permettent de trouver du soutien et une aide autant juridique que psychologique. Il est possible de consulter le site www.france-victime.fr pour trouver une association autour de chez soi.

De plus, il faut savoir que la loi laisse 6 ans aux victimes pour dénoncer les faits.

Changer les règles au travail

Sachez que si vous constatez ou êtes victime d’un harceleur sur votre lieu de travail, vous avez la possibilité de demander de l’aide au représentant du personnel, ou délégué syndical, médecin du travail ou encore inspecteur du travail, qui vont pouvoir enquêter sur cette question. L’employeur est obligé d’assurer la sécurité de ses salariés, il peut être poursuivi aux prud’hommes en cas de manquement.

Enfin, faites la différence entre harcèlement sexuel et agression sexuelle. Exercer des attouchements, des caresses non consenties, un baiser ou coincer un collègue entre portes sont autant de cas d’agressions sexuelles. Cette fois, on parle de 5 ans de prison et de 75 000 € d’amende, voire plus en cas de circonstances aggravantes. Concernant le viol, crime relevant de la cour d’assises, il peut être dénoncé jusqu’à 20 ans après les faits.

 

 

Laure Vidal
Laure Vidal

Journaliste Web Plutôt portée sur le #lifestyle et les #voyages mais je suis d'autres domaines ponctuellement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *